Le projet

L'idée de créer un musée dédié au Grand Siècle est né de la rencontre entre Patrick Devedjian (1944-2020), alors président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, et de Pierre Rosenberg, membre de l'Académie française, ancien Président-directeur du musée du Louvre.

Né de la rencontre de deux passionnés d’art du XVIIe siècle et de Nicolas Poussin, partageant une vision politique commune, celle de la culture au service de la Cité autour d’un projet généreux : Pierre Rosenberg souhaitait en effet faire don de toute sa collection d’œuvres d’art pour qu’elle soit visible du public. 
La donation au département a été signée le 25 septembre 2020. Elle se compose de 3 502 dessins allant du XVIe au XXe siècles ; de 673 tableaux d’artistes du XVe à la première moitié du XXe siècle ; de 805 animaux de verre de Murano du XXe siècle ; enfin, d’une bibliothèque d’histoire de l’art de 50 000 ouvrages et d’une riche documentation de recherches. 
Cœur du futur musée, cette donation sera mise en valeur au sein de l’ancienne caserne Sully, implantée dans le bas du parc de Saint-Cloud et qui fait l’objet d’un projet de réhabilitation complet.

« Le XVIIe siècle marque le début de la suprématie de la culture française »

Entretien croisé entre Patrick Devedjian, ancien ministre, maire et Président du Département des Hauts-de-Seine de 2007 jusqu'à son décès en 2020 et Pierre Rosenberg, ancien Président-directeur du musée du Louvre.

Vous partagez le même goût  pour le « Grand Siècle » : vous souvenez-vous précisément de l’origine de cet intérêt ?  

Pierre Rosenberg : Le hasard a fait qu’étudiant à l’École du Louvre, j’eus à rédiger le catalogue des tableaux français et italiens du XVIIe siècle du musée de Rouen. Or à ce moment là - en 1960… - la ville de Rouen avait souhaité partager avec Paris une grande exposition Poussin mais Paris n’avait pas tenu sa promesse… Il a donc fallu préparer à la hâte une exposition à Rouen et comme j’étais sur place, c’est vers moi que l’on s’est tourné pour l’organiser. Et c’est comme ça qu’en 1961, j’ai organisé une exposition qui s’appelait Poussin et son temps dont le catalogue avait été préfacé à la fois par Jacques Thuillier, futur professeur au Collège de France et grand dix-septiémiste et par Sir Anthony Blunt, selon moi le plus grand « poussiniste » que l’on ait connu. Voilà en quelques mots comment je suis tombé dans la « marmite du XVII» et tout particulièrement de Poussin, pour moi le plus grand peintre français tous siècles confondus.

Patrick Devedjian : Pour ma part, j’ai toujours pensé que le XVIIe avait marqué l’introduction de l’influence italienne sur la peinture française et que ce moment lui avait permis d’exprimer son propre génie. Les Français ont passé la peinture romaine, en particulier à travers le tamis d’une expression rationaliste, cartésienne : Poussin est un peintre intellectuel, cérébral même…

Pierre Rosenberg : Blunt l’appelait « le peintre philosophe »…

Patrick Devedjian : Exactement, c’est un peintre à message. Ses tableaux sont des supports de réflexion et je pense que cette particularité, encore une fois très française, est ce qui m’a d’abord attiré. Mais j’ai aussi toujours eu un grand intérêt pour un autre aspect du XVIIe incarné par le Cardinal de Retz, car je considère que la Fronde - la Fronde parlementaire - préfigure la Révolution française et que, malheureusement, elle a échoué. Si elle avait réussi, nous aurions sans doute connu un destin plus proche de l’Angleterre en évitant les excès et les violences de la Révolution.

Peut-être aussi que sans l’absolutisme le XVIIe n’aurait pas été le Grand Siècle…

Patrick Devedjian : Je ne le pense pas. Louis XIV est en grande partie à l’origine des maladies françaises en ce qui concerne l’organisation de l’État et l’exercice du pouvoir. Maintenant c’est vrai que la pléiade d’artistes ,qu’il a fédérée autour de lui, a donné naissance à ce qui est véritablement un « génie français ».

Pierre Rosenberg : D’autant que cette pléiade d’artistes est en réalité plus un héritage du règne de Louis XIII que propre au règne de Louis XIV…

Patrick Devedjian : Elle trouve son triomphe avec lui.

Pierre Rosenberg : Rome demeure au XVIIe siècle le cœur de la vie intellectuelle et artistique avec ce phénomène nouveau : la France tente de prendre la place de l’Italie dans tous les domaines. Elle s’en approche d’ailleurs mais surtout avec Richelieu et Mazarin. C’est pour cela que le Grand Siècle est une notion qu’il faut entendre en un sens très large.

Vous préférez parler de période « classique » ?

Pierre Rosenberg : Je n’aime pas beaucoup les mots « classique » et « baroque ». On peut les entendre de mille façons et d’ailleurs leur sens  varie selon les langues. Je préfère encore parler de Grand Siècle que de « classicisme français » d’autant que beaucoup de ces peintres sont tout sauf classiques ! L’idée même de peinture française du XVIIn’est d’ailleurs pas une évidence ; Poussin comme Claude ont longtemps été considérés comme des peintres italiens. Elle s’est imposée petit à petit d’abord avec la découverte de l’œuvre des frères Le Nain au XIXe siècle puis celle de Georges de La Tour entre les deux guerres avec l’exposition de 1934 sur « les peintres de la réalité », etc. Aujourd’hui personne ne remet en cause l’idée d’un art français du XVIImais c’est en réalité une approche relativement récente consacrée, selon moi, par le triomphe de l’exposition La Tour de 1972.

Pensez-vous qu’il reste des traces du « Grand Siècle » dans la France d’aujourd’hui, aussi bien dans les arts que dans la vie politique par exemple ?

Patrick Devedjian : Tous les présidents de la République, quelle que soit leur couleur politique, sont les héritiers de Louis XIV ! Mais même s’il nous a laissé les travers de l’absolutisme, le XVIIe siècle marque aussi le début de la suprématie de la culture française. Le moment où la France devient le centre artistique du monde.

Pierre Rosenberg : Et cette suprématie a duré jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. À partir du XVIIIe, la peinture devient française, on ne se tourne plus vers l’Italie. Et si l’on fait la liste des grands peintres du XIXe, tous sont Français à part quelques exceptions comme Van Gogh, qui doit quand même beaucoup à Paris, ou, bien sûr, Turner et Friedrich…

C’est une époque qui peut encore inspirer les artistes ?

Pierre Rosenberg : Il est certain que toute une peinture française de l’après-guerre a voulu se rattacher à cette grande tradition et n’a pas tenu le choc, si j’ose dire, face à la peinture américaine. Mais le dernier mot n’est pas dit et je suis sûr que l’on va bientôt rebattre les cartes de cette période avec sans doute des surprises… C’est d’ailleurs tout le plaisir des collectionneurs que de deviner avant tout le monde qui sera réévalué. C’est une spéculation intellectuelle plus que financière, le plaisir de se voir justifier dans ses choix…

À  ce propos, comment avez-vous commencé à constituer votre collection ?

Pierre Rosenberg : Je crois que l’on naît collectionneur… J’ai commencé par les plumes d’oiseau, les billes… avant d’en venir - dans cet ordre - aux dessins et aux tableaux. À l’époque les prix surtout ceux des dessins étaient absolument dérisoires d’autant plus que le XVIIe était encore méconnu ou commençait à peine d’être redécouvert. Une collection est quelque chose de très personnel, c’est pour cela que vouloir la préserver telle qu’elle est par une donation me paraît aller de soi. Ma collection ne sera d’ailleurs qu’une petite partie d’un projet beaucoup plus ambitieux qui est le musée du Grand Siècle. J’espère qu’elle sera l’appeau, si je puis dire, qui attirera les dons d’autres collectionneurs. Tout le challenge de la mission de préfiguration est maintenant de donner à ce musée sa « couleur » par rapport au Louvre ou à Versailles.  Il existe un musée du Moyen-Âge, un musée de la Renaissance, le musée d’Orsay pour le XIXe mais il n’existe pas de musée dédié au XVIIe

Ce nouveau musée s’inscrit dans le projet de Vallée de la Culture du Département ; l’investissement public dans la culture est peut être aussi un legs du Grand Siècle ?

Patrick Devedjian : Quand vous réussissez à créer un climat culturel, il en naît un rayonnement dont les bénéfices se font voir dans tous les domaines pour votre pays. Les artistes, à partir du XVIIe siècle, ont incontestablement contribué à l’influence internationale de la France. L’économie peut et doit donner à la culture les moyens de s’exprimer, et la culture peut donner à l’économie une dimension humaine que sa rigoureuse mécanique tend à négliger… La culture n’est pas quelque chose de superficiel : ça n’a rien à voir avec le luxe. C’est au contraire la forme la plus haute de l’éducation, une éducation donnée à tout le monde. On ne peut rien faire de mieux pour le consensus national, l’intégration, la cohésion sociale que de développer l’action culturelle…

Le cœur de l'ambition

L’histoire et l’art du XVIIe siècle français au musée du Grand Siècle

Destiné à prendre place à partir de 2025 dans l'ancienne caserne royale de Saint-Cloud, ce nouveau musée départemental se composera de trois entités étroitement liées.

Le musée du Grand Siècle

Le public y découvrira un panorama complet de la civilisation française du XVIIe siècle, entendu comme une période longue, allant d’Henri IV à la Régence (1590-1725). Le musée du Grand Siècle prendra ainsi la suite logique du musée du Moyen-Age (musée de Cluny à Paris) et du musée de la Renaissance à Écouen dans le Val d’Oise.
Les collections de ce nouveau musée se composeront d’une partie de la donation Rosenberg, dont le cœur est l’art du XVIIe siècle, d’importants dépôts des musées nationaux ou locaux et d’œuvres acquises par le département des Hauts-de-Seine. Peintures, sculptures, mobiliers, gravures, médailles ou encore objets d’art y seront présentés ensemble, mettant en valeur une civilisation et un esprit, tout en créant des liens fructueux entre les objets. Ce musée présentera ainsi de manière thématique et pédagogique l’histoire et l’art du XVIIe siècle français, époque majeure de l’art français.

Le cabinet des collectionneurs

Cet espace muséal exposera l’essentiel de la collection de Pierre Rosenberg dans son ensemble et sa diversité (peintures, dessins par roulement et collection de verres vénitiens). Cet espace sera conçu pour recevoir, à terme, d’autres donations. Ce cabinet offrira une grande liberté dans la présentation et l’accrochage des œuvres, dans des espaces plus intimes, permettant au public de ressentir l’esprit du collectionneur.

Le centre de recherche Nicolas Poussin

Installé dans le pavillon des Officiers, il comprendra un cabinet de dessins et la riche bibliothèque du donateur (50 000 ouvrages), ainsi que sa documentation qui sera numérisée. Le centre offrira des espaces de travail. Il sera dédié à l’étude du Grand Siècle.

Le calendrier du projet

  • Annonce de la création du musée

    juin 2019
  • Création de la Mission de préfiguration

    septembre 2019
  • Appel à candidature

    Novembre 2019

    Lancement de l’appel à candidatures pour la réhabilitation du site

  • Dialogue compétitif

    Mars 2020

    Sélection de trois équipes d’architectes et début du dialogue compétitif

  • Donation Pierre Rosenberg

    septembre 2020
  • Ouverture du pavillon de préfiguration

    10 septembre 2021

    Installé au Petit château du Domaine départemental de Sceaux

  • Désignation de l’équipe lauréate

    Début 2022
  • Autorisations préalables

    2022

    Notifications aux entreprises et délivrance des autorisations ; fouilles archéologiques

  • Chantier

    2023-2025

    Mise en oeuvre de la réhabilitation

  • Ouverture du musée au public

    Fin 2025

L’ancienne caserne Sully à Saint-Cloud

L’ancienne caserne Sully, implantée dans le bas du parc de Saint-Cloud, est composée de deux bâtiments principaux : un édifice du règne de Charles X (1825-1828), ancien hôtel des gardes du corps du Roi, dont les lignes pures et le dessin géométrique sont en accord avec le Grand Siècle ; et le pavillon des Officiers, plus tardif (Second Empire), mais dessiné dans le même style.

Ces deux bâtiments, actuellement non protégés, seront conservés avec soin et bénéficieront d’une restauration menée par le département des Hauts-de-Seine, en adéquation avec les exigences des Monuments historiques. Les bâtiments annexes, récemment construits par l’armée et sans valeur patrimoniale, seront démolis.

Les espaces extérieurs seront réhabilités avec la réalisation d’un jardin contemporain.

Les acquisitions

Le musée du Grand Siècle entend proposer une lecture élargie et approfondie des enjeux du XVIIe siècle français, en s’appuyant sur les avancées historiographiques, les évolutions de l’histoire de l’art et les études historiques.

En complément de la richesse de la donation de Pierre Rosenberg, le département des Hauts-de-Seine a souhaité porter une politique d’enrichissement des collections selon 3 axes :

  • les acquisitions d’œuvres d’art absentes de la donation Pierre Rosenberg
  • les dépôts d’œuvres provenant de collections publiques et privées,
  • les dons de collectionneurs privés qui ont souhaité donner des œuvres au futur musée.

L’ensemble de ces acquisitions est soumis à l’approbation d’un comité d’acquisition dédié, chargé d’en assurer l’adéquation avec le projet scientifique et culturel du musée du Grand Siècle.

En vidéo : dévoilement d’un tableau de l’atelier de Pierre Mignard

Diaporama : les acquisitions du musée du Grand Siècle